Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Poupée de,

 

 

 

 

 

 

 

Poupée de…

 

Poupée de chiffon qui, étiolée par Eux,

Etres insensibles, imbus de leur cruel Je,

Ne cesse de mourir et de renaître ici.

Jetée sans égards, reprise sans un merci.

 

Poupée de porcelaine, plus que morcelée,

Qu’on ne peut plus effleurer sans l’assassiner.

Fissurée par l’érosion d’une main leste,

Elle se terre dans les abîmes, inerte.

 

Poupée de cire préférant l’immolation

De ses désirs incongrus à l’humiliation.

Ne sachant plus si au bonheur elle a droit,

Se fond dans le néant, là où nul ne la voit.

 

Elles, Nous… ne rêvons qu’à un même idéal,

Le bonheur. Aimer, être aimé, n’est pas un mal.

Mais pourquoi nous faut-il survivre pour vivre ?

Tant de sentiers perfides encore à poursuivre…

 

 

19/10/2007